Interview du Docteur André Pelé

Interview du Docteur André Pelé

Bonjour Dr PELÉ. Tout d’abord, bienvenu au sein de Santé BTP Eure et plus précisément au sein de l’Union Régionale des services de santé au travail du BTP de Normandie. C’est ici l’occasion d’apprendre à vous connaître.

Pour commencer, quel a été votre parcours professionnel jusqu’à présent ?

Mon parcours professionnel est assez atypique. J’ai d’abord été attiré par la médecine de soin. Cela m’a amené à faire des remplacements en médecine générale et à faire des formations complémentaires comme la médecine du sport. En même temps, je préparais le CES de médecine du travail.

En 1983, j’ai commencé la médecine du travail devenue « santé au travail ». J’ai travaillé pendant 30 ans dans le BTP.

Mon parcours professionnel s’articule autour de 3 axes :

  • La prévention avec la médecine du travail, l’ergonomie (formation réalisée en 1989 et 1990), la fonction de médecin conseil OPPBTP (très enrichissante pour bien s’intégrer dans la branche professionnelle et pour travailler en mode pluridisciplinaire/ j’y suis resté pendant 25 ans et j’y ai trouvé beaucoup de satisfaction notamment dans les relations avec tous les professionnels de l’OPPBTP). J’ai aussi toujours été adhérent au Groupement pluridisciplinaire de santé au travail dans le BTP (GNMST BTP).
  • La poursuite de la formation sur les pathologies et leurs prises en charge. Le médecin du travail doit rester médecin, car on a besoin de ce regard pour comprendre certains problèmes de santé au travail. Dans ce cadre, j’ai obtenu différents diplômes pour être spécialiste en Algologie (et j’ai travaillé 3 ans en Service d’EVALUATION et TRAITEMENT de la DOULEUR). La douleur est un symptôme quasi quotidien en médecine du travail, et cette compétence m’aide beaucoup.
  • Un penchant pour le juridique. J’ai été deux ans médecin inspecteur du travail (salarié de la DIRECCTE en BRETAGNE). Notre métier de médecin du travail requiert une bonne lecture juridique.

Qu’est ce qui a fait que vous avez souhaité travailler dans la santé au travail ?

Dès que j’ai obtenu mon diplôme de médecine du travail, j’ai voulu exercer comme salarié. Je n’étais pas très à l’aise avec la relation d’argent lorsque l’on travaillait en libéral en médecine de soin. Par ailleurs, prescrire n’était pas pour moi une finalité.

J’ai très vite eu la conviction qu’il était nécessaire d’aider les personnes à gérer leur santé. Cela m’a conduit à adhérer à toute forme d’action de prévention dont la médecine du travail. Je reste convaincu que la prévention est un enjeu majeur, pour les salariés, pour les entreprises, et pour tous les citoyens. La médecine de soin ne peut pas tout faire et surtout les moyens d’accès aux soins seront de plus en plus difficiles. Par ailleurs, même si un chirurgien répare une fracture, il ne faut pas oublier les séquelles psychologiques, douloureuses et fonctionnelles qui ne seront pas toujours visibles mais qui vont altérer la qualité de la vie au quotidien sans compter la capacité de travail. Alors, mieux vaut prévenir.

Mais, cette culture de prévention est encore difficile à promouvoir. Il nous reste donc du travail à faire.

Et pourquoi le BTP ?

J’ai choisi le BTP par hasard au début de ma carrière. Et j’y suis resté !

Je me sens maintenant et depuis longtemps, intégré dans la branche professionnelle.

Je dois avouer l’admiration qui est la mienne pour les entreprises et les salariés devant la qualité des ouvrages réalisés malgré les nombreux aléas des situations de travail.

Le BTP est une branche professionnelle qui mérite attention et engagement. Les risques sont incontestablement nombreux, mais les savoir faire de prudence aussi. La communication avec les professionnels permet de connaître certains termes et procédés, ce qui facilite par la suite les échanges sur la prévention et la prévention de la désinsertion.

A quoi ressemble une journée au travail type et sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Le temps de travail se découpe en deux parties sur une semaine : un temps de consultation et un temps d’action en milieu de travail. Chaque consultation requiert de s’informer pour chaque salarié sur les risques du métier (actuels et passés), le vécu de la situation, les problèmes de santé actuels et passés, les traitements en cours. Un point important est de cerner si le salarié possède une bonne culture de la prévention.

Certains examens médicaux sont beaucoup plus complexes et se transforment en véritable expertise médico-professionnelle face à une incompatibilité entre la santé et une situation de travail.

Actuellement, le travail en mode pluridisciplinaire offre beaucoup plus de possibilités (IPRP, ASST, Infirmière en santé au travail, psychologue, assistante sociale). Nous sommes entourés de l’ensemble de toutes ces compétences qui permettent d’améliorer la qualité du service rendu.

L’action en milieu de travail permet d’aller rencontrer les entreprises, d’étudier des postes de travail, de travailler en équipe sur des projets communs à plusieurs entreprises.

Nos projets actuels visent notamment à promouvoir la culture de prévention, qui est la base de la prise en compte de tous les risques.

En trois mots, comment décririez-vous votre rôle ?

Trois mots pour dire : compétence, pluridisciplinarité, qualité du service rendu.

Quels sont, à votre avis, vos principaux défis professionnels ?

Les enjeux de demain me semblent être les suivants :

  • Conforter la pluridisciplinarité;
  • Promouvoir la culture de prévention partout (et à chaque étape de la vie);
  • Être en mesure de fournir des indicateurs de santé collective (ce qui pose la question du traitement informatique des données). Nous devons être attentif aux évolutions technologiques et être capable de se les approprier.