2018: 5ème campagne des journées régionales de prévention au risque routier

2018: 5ème campagne des journées régionales de prévention au risque routier

Les ouvriers du Bâtiment invités à modifier leurs comportements au volant

« Nous n’avons pas eu de problème ces derniers temps mais c’est important de faire de la prévention. Dans notre secteur d’activité, le risque d’accidents est plus important. » William Bellon, patron de l’entreprise SRTP (Société Romain de Travaux Publics), a accueilli ce vendredi 1er juin pendant une matinée différents ateliers sensibilisant les salariés aux dangers de la route. Cette sensibilisation est proposée par l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP).

Prise de conscience

Quatre ateliers étaient installés au sein de la société pour les salariés de SRTP mais aussi les ouvriers d’autres entreprises de la région, qui avaient été invités. Cinquante personnes ont ainsi pu tester la voiture tonneau ou les lunettes simulant l’alcool ou les produits stupéfiants. « Dans la voiture tonneau, on prend conscience de la vitesse et on se rend aussi compte que les objets se déplacent et peuvent être dangereux en cas d’accident », remarque William Bellon, qui a pu tester la célèbre voiture tonneau.

De son côté, le service Santé BTP de l’Eure, accompagné de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) et de la Fédération des Travaux Publics, proposait aux employés de tester les lunettes de simulation d’alcool sur des parcours routiers. « Ces ateliers de mise en situation sont très ludiques. Ils sont bien adaptés », souligne Nelly Fouchard, directrice du service de Santé BTP du département.

Deux représentants des forces de l’ordre étaient également présents pour répondre aux questions des ouvriers. Il a notamment été question des addictions et des radars. « Les risques liés à l’utilisation d’un véhicule sont un enjeu de sécurité routière. En semaine, les automobilistes effectuent le trajet domicile/travail ou circulent pour leur travail. S’ils ont un accident, c’est considéré comme un accident de travail », a ajouté Philippe Laycuras, le sous-préfet de Bernay, venu  découvrir les ateliers mis en place lors de cette matinée. Dans le département, 8 500 salariés travaillent dans le secteur du Bâtiment. Cette action de sensibilisation a lieu chaque année dans différentes entreprises de l’Eure et devrait convaincre les salariés de modifier leur comportement au volant.

Benoît Galley

L’éveil de Pont-Audemer, mardi 5 juin 2018, page 17